Fiches Pratiques

Surdité et langues des signes
Conseils et recommendations

35-45 minutes | Pour les formateurs

Table des Matières

Objectif : Cette fiche pratique est conçue pour développer les compétences en communication des formateurs et des formatrices aussi bien dans la création de leurs supports pédagogiques que dans l’échange avec leurs apprenantes et leurs apprenants sourds ou mal entendants.  

La fiche contient quelques ressources utiles pour concevoir des activités d’enseignement les plus accessibles possible pour tous. Arrivé à la fin de ce document, le formateur ou la formatrice devrait être conscient que l’accessibilité nécessaire à l’apprenant ou l’apprenante le plus fragile du groupe est utile pour tous les autres.

Mots clés : Communication, Surdité, Accessibilité, Outils d’accessibilité

Prérequis :  Les personnes qui veulent se sensibiliser à la communication accessible à tous et en particulier aux personnes avec des handicaps sensoriels, ne doivent pas avoir au départ des connaissances ou compétences particulières. Les prérequis les plus importants sont la flexibilité, l’ouverture d’esprit et la volonté de faire des recherches.

Nous fournissons des lectures introductives afin de permettre aux formateurs et formatrices d’approfondir le sujet de façon autonome.

Les formateurs et les formatrices devraient toujours s’assurer que leurs explications sont totalement comprises par tous les apprenants. C’est la base de la conception d’un bon parcours d’apprentissage. Les cours sont efficaces d’abord parce qu’ils sont transmis à travers des modes de communication qui touchent tout le monde.

Le mot “communication” vient du latin et veut dire “mettre en commun, partager”: on parle de communication comme la transmission d’une information d’un individu à l’autre, à travers l’échange d’un message conçu dans les règles d’un code particulier commun. Dans cette fiche, nous souhaitons souligner un point essentiel : plus la communication de ce code est accessible, plus les personnes seront engagées et pourront en bénéficier.

Partie principale

Introduction à la communication accessible

En général, les personnes sourdes et malentendantes ont d’énormes difficultés à recevoir des informations extérieures, tant par la langue parlée que par la langue écrite, car elles ne les acquièrent pas spontanément. Afin d’améliorer la communication, il est donc important de garder à l’esprit les généralités suivantes :

  • Attirez l’attention de l’apprenant ou de l’apprenante sourd avant de parler : une légère tape sur l’épaule ou sur le bras, un signe dans l’air dans sa direction pour capter son regard.
  • Placez-vous en face de la personne sourde lorsque vous parlez et soyez sûr d’organiser la classe de manière à avoir un contact visuel avec tous les apprenants et les apprenantes. Ne vous positionnez pas avec la lumière dans le dos, par exemple devant une fenêtre, ou dans un lieu mal éclairé. Faites attention à ce qu’aucun objet ne se trouve entre vous et la personne sourde pendant la conversation, de façon à ne pas obstruer la visibilité.
  • Vérifiez que l’apprenant ou l’apprenante sourd voit clairement le visage et la bouche de celui qui parle. Ne mâchez rien et n’ayez pas votre main devant la bouche.
  • Lorsque votre apprenant ou apprenante est accompagné par un ou une interprète, maintenez le contact visuel avec la personne sourde, pas avec l’interprète.
  • Dans la mesure du possible, réduisez les bruits de fond et contrôlez la discussion pour qu’une seule personne parle à la fois.
  • Il n’est pas utile d’accentuer les mouvements des lèvres. Cette exagération rend plus complexe la compréhension au lieu de la faciliter ! De même, parler plus fort lorsqu’on s’adresse à une personne sourde n’est pas utile et même contreproductif car cela change les mouvements des lèvres.
  • Utilisez les expressions du visage et votre corps afin de rendre le message clair. N’oubliez pas que pour rassembler des informations, les personnes sourdes et malentendantes sont attentives aux signes visuels comme le langage corporel, les gestes et les expressions.
  • Toutes les informations doivent également être conçues dans un format adapté et facile à écrire. « Format adapté » signifie adapter le contenu d’un texte non pour l’appauvrir mais pour le rendre clair et immédiatement compréhensible par tous et toutes. Fournissez le même contenu mais dans une forme différente. Par exemple, utilisez des mots usuels (mots du quotidien) dans votre propre langue et ajoutez des images pour illustrer le texte. Evitez les subordonnées ou les formes passives parce qu’elles changent l’ordre basique de la phrase. Evitez les longues phrases et les structures grammaticales complexes.

Comment adapter des textes écrits pour les rendre accessibles

Dans les groupes d’adultes, l’hétérogénéité est un élément complexe.

Dans une classe hétérogène composée d’apprenantes et d’apprenants s/Sourds, les différentes formes d’identités sourdes impactent le niveau de connaissance du sujet. Par exemple, une personne s/Sourde qui ne porte pas d’appareil auditif et qui utilise la langue des signes comme langue maternelle aura des besoins méthodologiques différents d’une personne sourde qui utilise un langage verbal et possède une audition résiduelle. Leurs attentes seront aussi différentes : alors qu’un signeur (une personne sourde qui utilise la langue des signes comme langue maternelle) cherchera à approfondir la langue écrite et la compréhension des textes, un oraliste (une personne sourde qui a une audition résiduelle et qui pratique la lecture labiale) aura besoin aussi d’une connaissance élémentaire de la prononciation. Les problèmes d’enseignement dans ces classes sont probablement liés aux supports utilisés et à la capacité de capter l’intérêt. Même si le groupe est constitué d’adultes, un sujet ennuyeux réduit certainement l’attention et la motivation. Concevoir et personnaliser des documents est un vrai défi : le formateur ou la formatrice doit prendre en compte le niveau de compétence de chaque personne et les domaines dans lesquels elle doit progresser. Le temps long nécessaire aux formateurs et formatrices pour adapter les documents doit être pris en compte. La meilleure façon d’économiser du temps et de l’énergie est de créer des outils adaptés dès le tout début et d’avoir à l’esprit qu’adapter des documents pour une personne avec plus de difficultés est une démarche qui consiste à créer des documents pour tous les apprenants et apprenantes de la classe. Tous peuvent en profiter !

  • Utilisez une présentation visuellement attractive (image, photo, symbole, couleur)
  • Faites attention au contraste de couleurs :


  • Utilisez autant que possible des images :


auto_awesome Traduction de Organize the text in a user friendly and “easy-to-read” format: Essayez avec l’orthographe Organize the text in a userfriendly and “easy-to-read” format: 62 / 5000 Résultats de traduction Organisez le texte dans un format convivial et « facile à lire » :

  • Utilisez des phrases simples, sans subordonnées. Utilisez des mots fréquents.
  • Quand vous traduisez de l’anglais dans votre langue, pensez au groupe cible qui utilisera vos documents et adaptez-les (par exemple, mots plus simples, phrases moins complexes) de façon à être sûr que le contenu est intelligible par tous.
  • Utilisez la didactique actionnelle : les gens apprennent véritablement quand ils mêlent théorie et pratique. Optez pour une approche pratique combiné avec la théorie.
  • Procédez à une évaluation initiale et finale permettant de bien saisir comment avance le processus d’apprentissage.

Les directives européennes sont aussi présentes dans le domaine. Le Traité de Marrakech signé par les pays membres de l’UE inscrit une exception aux lois du copyright. Les organisations spécialisées ou les particuliers avec handicap sont autorisés à convertir et imprimer un texte dans un format accessible sans avoir à demander l’autorisation aux propriétaires du droit d’auteur. Une autre directive au niveau Européen est le « Accessibility Act » (EAA). Il concerne les obligations pour l’accessibilité des produits et services, en particulier pour les ordinateurs personnels (hardware et software), le e-commerce, les services bancaires, tous les terminaux en self-service (ATMs, machine de ticket automatique), les e-books et les logiciels de lecture.

Tips for communication

Mission/Exercice ou évaluation formative :

Nous vous proposons de dessiner une carte mentale à partir des différents sujets en relation avec la surdité et les langues tout en vous demandant quelles sont vos lacunes et ce qu’il serait important d’approfondir sur le sujet.

Résultats attendus

À la fin de cette fiche pratique, le formateur ou la formatrice devrait être conscient que lorsque nous parlons de surdité, il y a mille approches du sujet. Nous pouvons parler de la surdité à partir de différents points de vue, parfois tout à fait opposés. Ce qui est attendu, c’est de toujours respecter ces différentes approches.

Références / Ressources complémentaires :

  • “The Art of Effective Communication” by Marcus Alexander Velazquez during TEDxWolcottSchool
https://www.youtube.com/watch?v=2Yw6dFQBklA
  • “Making Education Accessible to Deaf Children” by Nyle DiMarco during TEDxKlagenfurt
https://www.youtube.com/watch?v=U_Q7axl4oXY