Dossier Pédagogique

Dossier Pédagogique : Orgueil et Préjugés
Le dossier pédagogique accompagne l’ebook. Il est destiné aux enseignants, aux formateurs, aux animateurs culturels et aux orthophonistes. Il vise à faciliter la conception d’ateliers de découverte des livres numériques du projet Bibliodos.

Table des Matières

Introduction

« Orgueil et Préjugés » est l’une des œuvres les plus célèbres de Jane Austen. Elle était l’une des rares femmes autrices de son temps et son écriture reflétait les coutumes, les relations, les mœurs et la vie de la classe moyenne anglaise du début du XIXe siècle. Ses romans sont considérés comme des critiques des romans de sensibilité (ou romans sentimentaux) du XVIIIe siècle, qui racontaient des histoires d’amour avec un grand degré d’exagération.  « Orgueil et Préjugés » représente les différentes classes sociales et leur mode d’interaction, mais aussi les coutumes autrefois prédominantes et la place des femmes dans la société. 

Le contexte

L’auteur : dates, pays, langue d’écriture, quelques informations bibliographiques clés, œuvres majeures

Jane Austen (1775 – 1817) était une écrivaine britannique prolifique. Dès son plus jeune âge, Jane Austen a un accès complet à la bibliothèque familiale et est scolarisée à domicile. Sa famille n’était pas du tout riche mais avait un revenu régulier et un mode de vie assez respectable. Elle a grandi à Stevenson, dans le Hampshire, en Angleterre, mais a déménagé dans différentes villes au cours de ses premières années. Elle a passé quelques années à Bath, une ville côtière et à la mode dont elle s’est inspirée pour ses romans « L’Abbaye de Northanger » et « Persuasion ». Elle a commencé à écrire des pièces de théâtre, des poèmes et des histoires alors qu’elle était encore adolescente. À l’âge de quatorze ans, elle a écrit « Amour et amitié », qui était déjà une critique des romans de sensibilité. En tant qu’écrivaine, Jane a été encouragée par son frère Henry qui représentait son travail auprès des éditeurs (source).  

Parmi ses œuvres majeures, on peut citer « Raison et Sentiments » (1811), « Orgueil et préjugés » (1813), « Mansfield Park » (1814) et « Emma » (1816). Toutes ces œuvres sont assez représentatives de la vie des femmes au début du XIXe siècle et montrent les différentes classes sociales, leurs coutumes et leurs relations. « Raison et Sentiments » a été publié sous le pseudonyme « By a Lady » (en français « par une dame ») en 1811. Ce roman a contribué de manière significative à la popularité d’Austen. Au cours des années suivantes, Jane Austen est devenue une autrice reconnue, tout en continuant à publier de façon anonyme. Elle mourut en 1817, célibataire et sans enfant, ce qui était assez rare à son époque. Elle laissa trois ouvrages non publiés, dont deux seront publiés à titre posthume.

Ses livres ont été reconnus par les lecteurs et les universitaires. Son influence est sans limite, car la plupart des spécialistes ne peuvent pas imaginer débattre du roman moderne sans mentionner l’influence du genre de Jane Austen.

Le contexte historique et géographique dans le pays, en Europe, éventuellement dans le monde : événements historiques de l’époque, frontières géographiques, circulation des personnes

L’Empire britannique était à un tournant pendant la vie d’Austen, avec des révolutions et des émeutes constantes.

A l’étranger, la Guerre d’indépendance des États-Unis (1765-1783) entre la Grande-Bretagne et ses colonies d’Amérique du Nord faisait rage. La Déclaration d’indépendance des États-Unis a été signée en 1776 et a été officiellement reconnue par la Grande-Bretagne en 1783.

Peu après, en 1789, la Révolution française a suivi. L’ancien régime a été renversé, le Roi Louis XVI, sa femme et une grande partie de l’aristocratie française ont été exécutés. La Grande-Bretagne est restée en état de guerre constant avec la France pendant les 22 années qui ont suivi (les Guerres de la Révolution française (1792-1802) et les guerres napoléoniennes (1803-1815)). Ce fut l’un des conflits les plus importants de l’histoire britannique qui a touché tous les niveaux de la société. On estime qu’un quart de million d’hommes servaient dans l’armée, la milice ou se sont portés volontaires pour combattre l’invasion de Napoléon, dont le frère de Jane Austen, Henry, qui a rejoint la milice en 1793. Napoléon a été vaincu à Waterloo en 1815. Une grande dépression économique a suivi les longues années de guerre.

Le contexte littéraire : les contemporains européens de l’auteur, les grandes questions et enjeux littéraires de l’époque

L’alphabétisation et l’imprimerie se sont considérablement développées au début du XIXe siècle. Presque tous les citoyens des classes moyennes et supérieures étaient désormais alphabétisés. Cette expansion et le progrès des technologies d’impression ont conduit à une augmentation de l’accessibilité des livres. Les romans sont devenus la forme dominante de la littérature en Grande-Bretagne. La classe moyenne se développait, et les femmes avaient plus de temps libre et de revenus pour lire. Mais les romans étaient considérés comme un genre simplement populaire – peu sérieux, frivole et souvent sans intérêt. Au cours de la carrière de Jane Austen, les « taxes sur la connaissance » ont été augmentées. Les prix du papier, des journaux, des publicités et d’autres écrits augmentaient aussi. Le gouvernement voulait limiter l’accès à l’information pour les classes inférieures en réponse à la révolution en France et aux bouleversements dans le pays. 

Dans le monde littéraire plus précisément, le passage du Siècle des Lumières au Romantisme s’est produit du vivant d’Austen, plaçant son œuvre dans les deux mouvements. Alors que son œuvre était parfois considérée comme réaliste, ses contemporains ont développé leur art à l’époque du Romantisme. En Angleterre, des auteurs tels que Lord Byron et Walter Scott étaient au sommet de leur gloire. Emily et Charlotte Brontë, deux femmes célèbres pour avoir écrit respectivement « Les Hauts de Hurlevent » et « Jane Eyre », sont nées quelques années seulement après la mort d’Austen.

Dans le reste de l’Europe, le Romantisme s’est développé un peu plus tard, au milieu des années 1820 en France par exemple, avec des auteurs tels que Victor Hugo, Alexander Dumas, Mérimée, George Sand qui sont encore aujourd’hui célébrés.

Le contexte social et politique : organisation politique, organisation sociale, grands enjeux de l’époque

Les droits des hommes et des femmes ordinaires ont été sévèrement limités au cours du XVIIIe siècle. Seuls les hommes riches avaient le droit de vote, bien que l’influence publique fût forte. Les hommes politiques étaient fortement satirisés. Les émeutes et les manifestations de foule étaient courantes. Les émeutes causées par la hausse du prix des denrées alimentaires et par la mise en place de machines industrielles étaient fréquentes. L’armée était souvent appelée à rétablir l’ordre. Les protestations et les émeutes n’ont jamais entraîné de bouleversements fondamentaux. Des organisations politiques formelles ont été formées afin de faire entendre les revendications de la classe ouvrière. Cette forme de communication s’est avérée très efficace (source).

La Révolution française a représenté un danger pour le gouvernement britannique car elle a montré les conséquences potentiellement graves qui pouvaient découler de l’agitation sociale. Une série de mesures répressives destinées à restreindre les activités des radicaux politiques (telles que la restriction des réunions politiques, l’interdiction de publier, …) ont été mises en œuvre au cours des années 1790. La liberté d’expression a été fortement restreinte, ce qui a conduit à une période sombre communément appelée le « règne de terreur » du premier ministre William Pitt. Cette situation a été exacerbée par la grande dépression économique qui a suivi les guerres avec la France. Des décennies plus tard, le Prince Régent a apporté un soutien important au développement des arts et des sciences qui ont prospéré pendant sa régence en 1811-1820 (source). 

Le statut des femmes, qui sont la clé de l’œuvre de Jane Austen, était bas et irrévérencieux. Les femmes n’étaient pas considérées comme égales aux hommes, elles n’avaient presque pas de droits et l’accès à une éducation était réduit. Les femmes devaient se marier, s’occuper de la maison et des enfants. L’éducation des femmes consistait à tricoter, à jouer du piano, plutôt qu’à apprendre le latin ou la politique. Cependant, Austen croyait fermement dans le potentiel des femmes.

L’œuvre : Orgueil et Préjugés

Sa place dans la biographie de l’auteur

Dès l’âge de 7 ans, Jane aime écrire de courts romans, des pièces de théâtre, des vers et de la parodie. Plus tard, elle a orienté son écriture vers des productions plus sérieuses. Sa première grande œuvre fut « Elinor et Marianne », une histoire composée d’une série de lettres, publiée plus tard sous le titre « Raison et Sentiments » (1795). La première version de « Orgueil et préjugés », intitulée « First Impressions » (« Premières Impressions » en français), a d’abord été refusée pour publication en 1797. Après la mort de son père, Jane a commencé à réviser ses romans «  Raison et Sentiments «  et «  Orgueil et préjugés «  afin qu’ils soient acceptés par les éditeurs.

Le genre

Le romantisme est un genre littéraire et artistique qui influence le travail de la plupart des artistes de la fin du XVIIIe siècle et des premières décennies du XIXe (source).  

Les critiques littéraires affirment que « Orgueil et préjugés » ne peut être caractérisé par un seul style littéraire. Il ne s’agit pas seulement de romantisme, mais aussi de réalisme, et est aussi considéré comme du « réalisme social ». Le romantisme se manifeste par l’intérêt porté aux émotions et aux sentiments humains, par la place prédominante de l’amour et de la chance. Cependant, l’accent mis sur les réalités de la vie domestique, le narrateur objectif et les personnages psychologiquement développés orientent son travail vers le réalisme. 

« Orgueil et préjugés » est également un roman de mœurs. Jane Austen recrée un monde social et décrit en détail les coutumes et les valeurs de son époque.   

La dimension européenne, voire internationale (inspiration, courant littéraire, postérité)

L’inspiration d’Austen pour son roman n’est pas vraiment venue de ses contemporains, mais plutôt de ses propres expériences et observations. Par exemple, sa relation proche avec sa sœur Cassandra a inspiré celle de Jane et Elizabeth dans « Orgueil et préjugés » et la société qu’elle décrit et critique est à bien des égards similaire à la sienne.

« Orgueil et préjugés » est un roman qui a inspiré de nombreux écrivains, réalisateurs et artistes à travers les siècles. Bien qu’il ait reçu un accueil mitigé lors de sa première publication, le livre a été traduit dans plus de 35 langues et a influencé le monde artistique sur des générations. Les universitaires ont fait l’éloge de cette œuvre et elle est souvent étudiée dans les cours de littérature anglaise.

L’histoire a été adaptée dans un film américain en 1940 avec Greer Garson (Elizabeth Bennett) et Laurence Olivier (Mr. Darcy). Elle a ensuite été adaptée dans une série télévisée produite par la BBC en 1980 avec Elizabeth Garvie dans le rôle d’Elizabeth Bennet et David Rintoul dans celui de M. Darcy (5 épisodes) et, plus tard, dans une série télévisée également produite par la BBC avec Jennifer Ehle et Colin Firth en 1995 (6 épisodes). Une version cinématographique a finalement été produite en 2005, avec Keira Knightley (une performance nominée aux Oscars) et Matthew Macfadyen. Ses romans ont été salués par Sir Walter Scott, le critique victorien G.H. Lewes ou encore Virginia Woolf.   

Pour vraiment souligner sa popularité, en 2017, son visage a remplacé celui de Charles Darwin sur le billet de 10 livres !

Les grandes questions/problématiques de l’époque abordée

« Orgueil et préjugés » présente le monde de la haute société. En dehors de celui-ci, les habitants des campagnes étaient au bord de la famine, ce qui a provoqué des émeutes dans les campagnes. « Orgueil et préjugés » met en évidence les préoccupations importantes des gens concernant la propriété, le statut et l’argent. Les romans d’Austen dépeignent principalement la noblesse et les classes professionnelles (médecins, clergé, avocats) qui étaient le secteur le plus influent de la société. Les grandes propriétés de campagne (comme celle de Mr. Darcy) sont un symbole de richesse et de pouvoir. La noblesse terrienne était une large classe sociale comprenant ceux qui possédaient des terres – le clergé, les écuyers de campagne, les officiers militaires. Leur emprise sur la terre était renforcée par un système qui encourageait la consolidation et l’extension des domaines en appliquant des lois strictes en matière d’héritage. La richesse et la succession d’une famille étaient transmises à la progéniture mâle la plus âgée ou au parent mâle le plus proche plutôt que d’être divisées entre les membres de la famille. Cette mesure permettait de garantir que les biens restent dans la famille. Les femmes avaient très peu de contrôle sur l’argent, même sur l’argent qui pouvait être considéré comme leur appartenant.

Le mariage était un moyen rapide et facile d’obtenir du capital. Les femmes dépendaient du mariage pour leur survie financière – il est devenu un élément central de leur vie. Une jeune femme qui était belle, maîtrisait l’étiquette, avait un esprit vif ou une disposition agréable pouvait devenir encore plus attirante grâce à des « réalisations » telles que : les travaux de couture, le chant ou la pratique d’un instrument, la maîtrise des langues ou le dessin. Une femme possédant ces compétences était considérée comme « accomplie » et « apte au mariage ». Les femmes qui ne se mariaient pas (comme Jane Austen) devenaient des vieilles filles sans rôle formel dans la société, un fardeau pour leur famille. La famille Bennet appartient à une classe moyenne supérieure éduquée de la noblesse. De ce fait, ils sont acceptés dans la société avec l’aristocratie mais sont loin derrière eux en ce qui concerne la richesse et la préséance. En effet, la richesse et les biens de M. Bennet doivent être transmis à un membre masculin de la famille – M. Collins, tout en déshéritant Elizabeth et ses sœurs (source).   

La conception de la famille et du rôle des femmes a commencé à changer à la fin du XVIIIe siècle. À titre de réflexion, le personnage d’Elizabeth Bennet démontre cette transformation conflictuelle du rôle des femmes dans la société. Sa stabilité financière et son indépendance dépendent d’un futur mariage, mais elle fait preuve d’une indépendance intellectuelle et morale reflétant la conception de l’égalité des sexes.  

La galerie de personnages

Elizabeth Bennet – la deuxième plus âgée des sœurs Bennet. La plus sensible, spirituelle et la plus intelligente. Elle est charmante et honnête, mais a la langue bien pendue. Elle se laisse aller à porter des jugements hâtifs sur les gens, ce qui la conduit à s’égarer. 

M. Fitzwilliam Darcy – un ami de Mr Bingley. Cousin de Mr Fitzwilliam et neveu de Lady Catherine. Frère et tuteur de sa jeune soeur Georgiana. Grand, beau, intelligent et franc gentleman. Riche propriétaire du domaine familial de Pemberley dans le Derbyshire. M. Darcy est trop fier en raison de son statut social et de sa richesse. Souvent perçu comme fier et réservé. Il a tendance à porter des jugements hâtifs et sévères. Il est considéré comme aimable et décent par ses amis et sa famille. 

Jane Bennet – l’aînée des sœurs Bennet, considérée comme la plus belle. Elle a un esprit doux, est joyeuse et heureuse. Elle pense le meilleur des gens. Elle tombe amoureuse de M. Bingley.

M. Bingley – jeune homme riche, beau, aimable et sympathique. Un ami proche de Mr Darcy dont il dépend beaucoup pour ses conseils. Facilement influencé par les autres.

Lydia Bennet – la plus jeune et la plus sauvage des sœurs Bennet. La fille préférée de sa mère. Têtue, attirante, charismatique, téméraire, égoïste et impulsive. Elle aime la socialisation et les commérages. Son caractère démontre son manque de discipline et de conseils parentaux.

M. Wickham – officier dans la milice. Charmant et séduisant, mais chasseur de fortune. A fait la connaissance de Mr. Darcy.

M. Collins – cousin au second degré de Mr Bennet, homme pompeux, héritier des terres et des richesses de Mr Bennet, ecclésiastique, bénéficiaire de Lady Catherine.

Colonel Fitzwilliam – Neveu de Lady Catherine, cousin de Mr Darcy, fils d’un Comte, il doit épouser une femme avec une dot importante car il est le second fils de sa famille. 

M. Bennet – Père de cinq filles non mariées. Très proche de sa fille Elizabeth. Propriétaire terrien à Netherfield avec un revenu modeste. Sans fils, sa propriété, la succession de Longbourn, et sa richesse reviennent à son cousin M. Collins. Il se détache de sa famille, père trop indulgent et faible en raison de sa femme déraisonnable et des difficultés à s’occuper de ses cinq filles.

Mme Bennet – La femme de M. Bennet. Sa principale ambition est de marier ses filles à des hommes riches. Elle est bruyante et insensée, et manque de grâce sociale.

Lady Catherine – La tante de M. Darcy et du Colonel Fitzwilliam, propriétaire de Rosing Park, bienfaitrice de M. Collins, pompeuse et arrogante. Elle veut que sa fille soit mariée à M. Darcy.

Les lieux

  • Netherfield : La succession de M. Bingley
  • Londres : La capitale de l’Angleterre
  • Pemberly : La succession de M. Darcy
  • Derbyshire : où se trouve Pemberly
  • Rosing Park : Le domaine de Lady Catherine
  • La salle de bal : où se déroulent les rencontres sociales entre personnes de la société

L’iconographie dans l’ebook

Charles Edmund Brock (1870-1938) est un illustrateur, peintre et linotypiste anglais. Il a illustré « Orgueil et préjugés » de Jane Austen, publié en 1895 à Londres par Macmillan & Co. Il a illustré plusieurs livres, non seulement de Jane Austen, mais aussi de Jonathan Swift, Charles Dickens, George Eliot, William Thackeray ou Sir Walter Scott.

Hugh Thomson (1860-1920) est un artiste et illustrateur irlandais. Il est célèbre pour ses illustrations à la plume et à l’encre. Il a illustré des œuvres d’auteurs tels que Jane Austen, Charles Dickens et J.M.Barrie. Il est l’un des plus célèbres illustrateurs de l’époque victorienne.

LA CONCEPTION DE L’ATELIER

PHASE 1 : L’ENTRÉE DANS L’EBOOK UNIVERS, ATMOSPHÈRE ET HYPOTHÈSES

Activité : Le monde de Jane Austen

Activité d’entrée dans l’univers de l’ebook

Matériel nécessaire pour l’activité
  • Photos imprimées de la période (provenant de l’eBook et d’autres ressources)
  • Divers indices et éléments physiques évoquant l’époque (argenterie, rubans,…)
  • Musique d’ambiance (bande son du film « Orgueil et préjugés » par exemple).
Déroulé

Avant la séance :

Préparez des enregistrements ou des extraits musicaux des différents films et des adaptations télévisées pour mettre l’ambiance. Ils peuvent être facilement trouvés en ligne. S’ils ne sont pas disponibles, trouvez des airs variés faisant écho à la période du livre.

Choisissez des visuels disponibles sur la plateforme, ou des images en rapport avec la période. Ces images se rapportent au lieu, à l’époque et au contexte social de l’histoire (images de salles de bal, de robes, de mariage,…). Imprimez suffisamment d’images pour que les élèves puissent les faire circuler et les manipuler (ils seront divisés en groupes). Si l’impression n’est pas possible, un projecteur peut être utilisé.

En atelier :

Répartissez les participants et participantes en petits groupes de 4-5 élèves. Expliquez clairement les instructions afin que les participants et participantes comprennent qu’il s’agit d’une introduction à l’univers ; qu’ils devront déterminer le moment et le lieu, ainsi que le contexte social de l’histoire.

Jouez la musique et donnez-leur le temps de l’écouter.

Ensuite, commencez à distribuer les différents indices et images. Commencez par les éléments liés au lieu (où), puis à la période (quand). Encouragez-les à discuter des indices en groupes et à partager ensuite leurs idées et leurs hypothèses.

Une fois qu’ils ont une idée plus précise du contexte (quand et où), continuez à distribuer les différents éléments liés au contexte social de l’histoire. Dirigez-les discrètement pour qu’ils discutent des différents contextes sociaux, économiques et politiques auxquels ils pourraient penser.

Pour les participants et participantes qui n’ont que peu ou pas de compétences orales (A1-A2), concentrez-vous sur le moment et le lieu, en ignorant le contexte social. Avec un public plus avancé, discutez (en fonction de la complexité) du contexte social et économique du 18e siècle. 

Faites le tour de la classe pour aider les participants et participantes à formuler leurs idées et assurer leur participation.

À la fin de cette activité, demandez aux participants et participantes (qui sont prêts à le faire) de partager leurs idées sur le sujet de l’histoire.

Note : Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises réponses, cette activité vise à impliquer les élèves.

Variante

Si le public de la classe comprend des élèves souffrant de troubles spécifiques de l’apprentissage, il existe différentes façons d’adapter l’activité. L’idéal est d’avoir une approche multisensorielle, mais il faut veiller à ne pas submerger les élèves (musique forte, images clignotantes…). Il est primordial de fournir des instructions claires et décomposées. Concentrez-vous sur la décomposition de chaque instruction (quand, où, contexte) et vérifiez avec les élèves avant de procéder à l’activité. Encouragez la collaboration plutôt que les réponses écrites individuelles. La force de chaque élève sera renforcée par ses partenaires.

PHASE 2 : LA PLONGÉE DANS L’EBOOK

Activité 1 : Qui est-ce ? 

Activité de préparation à la compréhension globale

Matériel
  • Un arbre généalogique vierge avec des lignes à relier (frères et sœur, mariages, etc.)
  • Une liste des noms/images des personnages principaux
  • Divers stylos et crayons
Déroulé

Avant la séance :

  • Préparez l’arbre généalogique de manière à ce qu’il corresponde à la famille Bennet (5 filles, deux relations amoureuses, etc.).
  • Préparez les étiquettes des noms des personnages principaux, dans une police et une taille adaptées. Pour les élèves ayant peu ou pas de compétences en lecture, préparez de petites images des personnages du livre.

En atelier :

Note : Cette activité a lieu avant la première lecture du livre électronique.

  • Répartissez les élèves en sous-groupes.
  • En utilisant les outils à leur disposition, demandez aux élèves de dessiner l’arbre généalogique de la famille Bennet en se basant sur leur hypothèse. Ils peuvent utiliser la liste des noms ou la série de portraits à leur disposition. Cela aidera les élèves à se « familiariser » avec les personnages du livre.
  • Il y aura des liens pour les intérêts amoureux et les relations lointaines, ceux-ci peuvent être remplis au cours des activités suivantes si les élèves ne sont pas sûrs.
  • Ensuite, demandez aux élèves d’utiliser les différents stylos de couleur mis à leur disposition pour mettre en évidence les différents types de relations que chaque personnage entretient avec les autres (Amis, famille, amants, …). Cela peut aider les élèves ayant de faibles capacités d’écriture à former des phrases basiques telles que « c’est la sœur de… » et les élèves plus avancés à former la forme possessive « la sœur d’Élisabeth est… ».
  • Une fois que les sous-groupes ont fourni leur hypothèse, vérifiez avec toute la classe et mettez en évidence les relations entre les personnages.
  • Cela conclura une série d’activités de « compréhension générale » qui aideront les élèves à se situer dans l’histoire et dans l’activité suivante.

Activité 2 : Chapitre 1-3

Activité de compréhension globale

Matériel

Illustrations imprimées du livre électronique

Déroulé

Avant la séance :

  • Choisissez les illustrations des moments les plus importants dans les 3 premiers chapitres de l’histoire. (La rencontre avec M. Wickham, le bal de M. Bingley, la demande en mariage de M. Collin, la discussion avec le colonel Fitzwilliam, la demande en mariage de M. Darcy, etc.). Il devrait y avoir au moins 3 à 5 images par chapitre.
  • Placez la série d’images des chapitres 1, 2 et 3 sur trois tables différentes. Il doit y avoir un chapitre par sous-groupe.

En atelier :

Cette activité a lieu après une première lecture. L’instruction et la prédiction doivent être données au préalable.

  • Répartissez les élèves en trois groupes. Attribuez un chapitre à chaque groupe. Rappelez à la classe d’utiliser l’arbre généalogique qu’ils ont créé précédemment pour réfléchir aux relations entre les personnages.
  • Selon le niveau du groupe, les chapitres peuvent être numérotés afin qu’ils sachent quel chapitre leur est attribué et sa place dans l’histoire. Si les participants et participantes sont à un niveau supérieur, ils devront discuter de l’ordre dans lequel chaque chapitre se déroule après avoir discuté et réfléchi à tout (pour eux, ne numérotez pas les chapitres au préalable).
  • Donnez des instructions claires aux participants et participantes; ils devront établir la chronologie des moments clés représentés dans les images qu’ils ont devant eux. Chaque sous-groupe est responsable d’un chapitre et présentera sa vision de l’histoire et l’ordre dans lequel les images doivent être présentées.
  • Une fois que les élèves ont partagé leur hypothèse, l’animateur ou l’animatrice synthétisera le début et la fin de l’histoire pour former l’histoire hypothétisée par les élèves.
  • Ensuite, demandez aux élèves de lire les 3 premiers chapitres du livre électronique. Cette lecture se fait, dans un premier temps, sans audio pour les niveaux 1 et 2 de lecture.
  • Après la lecture, vérifiez l’hypothèse avec les élèves. Une correction peut être faite s’il y a eu des erreurs dans la chronologie.
  • Demandez aux élèves de mentionner également les personnages impliqués dans leurs chapitres. Portez une attention particulière aux personnages qui n’ont pas été inclus dans la première activité, et complétez l’arbre généalogique qu’ils ont en main si nécessaire.
  • Fixez un temps pour relire ces chapitres (accompagné d’une ou deux écoutes pour la lecture des niveaux 1 et 2). Laissez du temps aux groupes pour clarifier le lien entre les personnages, les drames en cours et recueillir leurs prédictions quant à la fin de l’histoire !

Activité 3 : Chapitre 4-5

Activité de compréhension fine

Matériel
  • Activité de compréhension fine
  • Étiquettes de mots/extraits tirés des chapitres du livre électronique, rédigés dans une police et une taille adaptées.
Déroulé

Avant la séance :

  • Choisissez l’illustration des moments les plus importants des 2 derniers chapitres de l’histoire (la visite d’Elizabeth à Pemberly, le mariage de Wickham et Lydia, M. Bingley et Jane, la visite de Lady Catherine etc.). Il doit y avoir au moins 3 à 5 images par chapitre.
  • Choisissez les mots ou extraits pertinents des chapitres du livre électronique (en fonction du niveau de lecture du public). Ces mots devraient idéalement mettre en lumière les thèmes majeurs de l’œuvre (mariage, argent, amitié, etc.)
  • Placez les illustrations et les mots/extraits sur la table de chaque groupe (un chapitre par groupe).

En atelier :

  • Divisez la classe en deux groupes. Si le nombre d’élèves est élevé, formez 4 groupes dont deux travaillent en même temps sur le même chapitre.
  • Laissez aux groupes le temps d’étudier les images et les mots qui se trouvent devant eux. Clarifiez le sens des mots s’il n’est pas clair pour toute la classe.
  • La première étape de cette activité consiste à demander aux participants et participantes de deviner la chronologie et donc la conclusion de l’histoire. Demandez-leur de partager l’hypothèse qu’ils ont créée, puis de partager l’histoire avec toute la classe.

Cette activité est similaire à la précédente, mais ajoute un rebondissement.

  • Laissez aux élèves le temps de découvrir la fin du livre. Cette lecture se fait, dans un premier temps, sans audio pour les niveaux 1 et 2 de lecture. Les chapitres sont plus courts, cela prendra moins de temps que dans l’activité précédente.
  • Une fois qu’ils ont lu l’histoire, vérifiez si l’hypothèse concernant la chronologie est correcte. Si elle ne l’est pas, clarifiez avec les élèves.
  • La deuxième étape de l’activité consiste à se concentrer sur les mots clés fournis au début. Demandez aux élèves de relier les mots (courtes citations, selon le niveau de lecture) à des images spécifiques des chapitres et d’expliquer pourquoi ils sont pertinents les uns pour les autres. Cela renforcera leur compréhension des thèmes clés abordés pendant la lecture.
  • Pour les lecteurs de niveaux 1 et 2, un deuxième temps de lecture accompagné d’une ou deux écoutes peut être proposé.
  • Engagez une discussion avec la classe concernant les principaux thèmes de l’histoire abordés dans le livre, tels que les coutumes et les mœurs victoriennes, le mariage et l’argent, le rôle des femmes dans la société, etc.

Activité 4 : C’est le titre !

Activité de compréhension fine

Matériel
  • Tableau noir/blanc et craie/marqueurs
  • Images du livre électronique
Déroulé

Avant la séance :

Préparez des images en rapport avec le titre de l’eBook : images où les personnages ont montré de l’ »Orgueil ou préjugés ». Cela aidera les élèves ayant peu ou pas de compétences en lecture à participer.

En atelier :

  • Écrivez les mots clés « orgueil » et « préjugés » au tableau. Pour les élèves ayant peu ou pas de compétences en lecture, aidez-les à lire ou lisez les mots avec eux.
  • Demandez aux élèves s’ils connaissent la signification de ces mots. Si ce n’est pas le cas, donnez une explication simple, une définition et des exemples clairs. Assurez-vous que tous les élèves ont compris ces mots avant de passer à autre chose.
  • Demandez-leur pourquoi ils pensent que ce titre a été choisi et de fournir des exemples tirés de l’histoire (moments clés, …). Les élèves peuvent utiliser les différentes images à leur disposition pour montrer les moments, s’ils ne sont pas à l’aise avec l’expression orale.
  • Concluez l’activité en demandant aux participants et participantes comment l’ »orgueil » et les « préjugés » ont influencé le résultat de l’histoire et comment les problèmes ont été causés et résolus.
  • Les élèves débutants peuvent partager des mots clés trouvés dans le livre électronique tels que « confiance », « vérité », « conversation », « lettre », et plus encore, pour exprimer leur point de vue.
  • Pour les élèves plus avancés ou natifs, la discussion doit se concentrer davantage sur l’apport du contexte socio-économique à l’idée d’ »orgueil » et de « préjugés » dans la société.

Pour aller plus loin dans l’interculturel

Engagez un dialogue avec vos élèves pour discuter des possibilités des hommes et des femmes dans la société, en ce qui concerne des questions clés telles que le mariage et l’indépendance financière. Engagez davantage en demandant aux participants et participantes de partager leurs opinions et leurs points de vue sur ces questions dans d’autres régions du monde (y compris les leurs) afin d’englober les perspectives européennes et mondiales.

PHASE 3 : L’ÉTAPE CRÉATIVE

Activité : Attention… Prêt… Jouez ! 

Activité d’appropriation de l’expérience de lecture

Fiches pédagogiques associées :
  • Comment créer un story-board
Matériel
  • Feuilles de papier A3 et A4
  • Stylos et crayons
  • Une caméra, ou le réglage « vidéo » de n’importe quel smartphone.
Déroulé

En atelier :

  • Passez en revue les éléments clés du livre électronique avec vos élèves. Cela peut se faire en affichant les résultats des activités précédentes, ou en discutant brièvement des idées mentionnées ci-dessus.
  • Une fois que l’histoire a été rafraîchie dans l’esprit de chacun, demandez aux élèves de la réinventer dans un autre cadre, par exemple celui de notre époque moderne (le cadre ne doit pas nécessairement être l’Angleterre). Chaque groupe mettra à jour un chapitre du livre électronique pour le rendre plus moderne et plus actuel. Ils peuvent choisir le chapitre qu’ils souhaitent mettre à jour, mais n’oubliez pas de prévoir au moins un chapitre par groupe.
  • Divisez la classe en groupes de 4 à 5 élèves. Si les élèves ont des niveaux et des compétences différents, mélangez-les pour créer un groupe hétérogène.
  • Les élèves devront utiliser un narrateur et créer les principaux dialogues entre les personnages. Ils rédigeront un court scénario (pas plus de deux pages) et, selon le niveau du groupe, les élèves pourront décider d’écrire, d’utiliser des images ou de dessiner plutôt que d’écrire (voir variante).
  • Ensuite, les élèves présenteront, expliqueront ou feront un jeu de rôle de ce qu’ils ont écrit pour leur scène. Demandez-leur de filmer leur présentation ou leur performance.
  • À la fin, si les élèves se sentent en confiance avec leur texte, rassemblez toutes les scènes et jouez l’histoire en un seul morceau.
Variante

Les élèves atteints de troubles Dys peuvent avoir des difficultés de motricité fine, comme par exemple pour écrire de longues phrases. L’activité peut donc être libre d’écriture et se concentrer uniquement sur des dessins et des mots clés. Avant l’activité, au lieu d’une feuille de papier blanc, fournissez aux élèves une page ressemblant à une bande dessinée (celle-ci peut facilement être réalisée avec des outils tels que Canva ou BDNF), avec une série de panneaux vides. Cela aidera les élèves à créer leur scénario de manière logique et à suivre une lecture chronologique. Les élèves peuvent décider de ne dessiner que des actions, ou d’ajouter du texte quand cela est nécessaire. Le reste de l’activité peut rester inchangé, les élèves présentant, jouant ou interprétant leur scénario.